Alep & Mari, Bagdad, 2015
100x70 cm, ensemble de trois cadres, papier de couleur et documents issues d'ouvrage archéologique.



Cet ensemble propose, à travers une documentation issue d'ouvrages archéologique imprimés antérieurement aux conflits irakien et syrien, une représentation des dangers et des menaces gravitants autour des vestiges archéologique.
D'une part, la question du risque, avec l'exemple de la porte du Temple de Tell Halaf exposé à l'entré du musée d'Alep (photographie en couleur), qui est à ce jour fortement menacé de destruction ou de dégradation, dû notamment au bombardement et dont l'unique mémoire résiduelle serait sa reproduction au Pergamon museum qui fut pour sa part, partiellement détérioré lors de la Seconde Guerre Mondiale (à gauche). D'autre part, la notion de disparition, avec l'image d'une sculpture Sumérienne désormais introuvable, intitulé Porteur d'offrande, et provenant du Temple de Mari, situé dans une zones occupé par le groupe terroriste Etat Islamique dans le désert syriens et à proximité de la frontière irakienne (en bas). Et enfin la destruction, avec la représentation sous trois angles de vues différents du Masque de Sargon, qui fut entièrement détruit lors du grand pillage du musée archéologique de Bagdad en 2003 (à droite).